festival de tarbes (1)

Publié le par gribouille

Pour ma première journée, lever à 4 h30, Tarbes mérite bien un petit sacrifice. Les rues de Paris sont désertes. Je m'étonne de trouver du monde sur le quai du métro. Une petite bonne femme qui court pour avoir une place assise me bouscule. Piqure de moucheron, rien de plus.

Sur le parvis de la gare, de la musique classique m'accueille. Quand les violons montent en intensité je sens se former en moi comme une voile de bateau qui se cambre sous les poussées du vent et m'emporte au large. A la proue de mon esquif, fièrement dressée vers l'horizon, je trone : mon voyage prend une allure épique. Je fais de la tour Montparnasse, encore à demi muette dans la nuit, mais prête à laisser éclater sa démesure dans la lumière du jour, l'étendard de mon expédition.

6 heures de train : je somnole, j'essaie de me construire des rêves à la mesure de mes aspirations, aussi rapides que le TGV.

Enfin, c'est l'heure de la milonga à la Halle Mercadieu. Je passe ma plus belle robe et chausse mes escarpins tel le chevalier son heaume et ses éperons. A ne pas douter je suis une guerrière, je vais faire flamber la piste de danse, placer mes ganchos avec brio, réussir toutes les figures les plus difficiles, en un mot : exceller.

Et puis me voilà arrivée. Regardez bien. Ici ! Dans la troisième rangée, quatrième siège, coté droit, tribune centre. Petite chose à peine discernable dans l'immensité de la Halle, perdue, comme engloutie, au milieu des tangueros présents. Combien sont-ils ? Mille ? Deux milles ? Tout mon être se ratatine, j'ai l'impression de me dégonfler sur mon siège. Je ne trône plus, m'affadis. Anonyme parmi les anonymes, fondue dans la masse, je disparais peu à peu. Ça n'est que le début, mais c'est déjà peut-être ma fin.

A suivre. ou pas.

Commenter cet article

SuperNem 06/09/2015 11:39

C'était toi à coté du pigeon ?

Claudine 22/08/2015 15:40

Tu viens d'arriver au Festival : rien n'est encore joué ! Tout peut arriver ! Non, le meilleur seulement !
Tu as en toi la Flamme qui sied au Tango : conquérante ce qu'il faut et sachant t'abandonner à la musique ; Je les vois les "Chevaliers" qui sauront te distinguer parmi la foule et t'entraîner sur les rythmes du Tango ; la magie sera au rendez-vous : tu l'as convoquée !....

gribouille 23/08/2015 14:01

J'avais préféré l'année dernière, mais c'était ma première fois : quand tout est nouveau, on est peut-être mieux disposé. Enfin, mes articles ne racontent pas tout. J'ai passé tout de même de bons moments... heureusement....

Alain 22/08/2015 14:35

Tarbes ! Je ne savais pas que Montparnasse desservait cette cité. Toi, tu sers bien le tango. Hélas, au milieu des tangueros très nombreux, tu dois briller mais demeurer fragile. Ne te laisse pas impressionner ! Danse et danse, encore et en corps !

gribouille 23/08/2015 14:14

J'ai brillé par mon absence...d'une certaine manière. J'ai eu du mal à rentrer dans la danse...:)