Un moment de partage

Publié le par gribouille

Moment rare. Les chaises sont alignées contre les murs, vides : je suis la seule assise pendant que tout le monde danse. Bien qu'il y ait la musique, le bruit des frottements des chaussures, tout me paraît silencieux. Bien qu'il y ait des danseurs sur la piste, tout me paraît mort. Je les regarde danser mais ne perçois plus rien, juste des ombres enlacées qui glissent, des corps sans substance qui font semblant de vivre. L'instant devient inconsistant, presque insupportable d'irréalité. Peut-être est-ce parce que pas un ne rit ou ne parle à ce moment là ? Peut-être ai-je eu, par je ne sais quelle fulgurance de l'esprit, un avant goût de ce que sera l'après-mort qui rend insensible aux mondes des vivants ? Comme un voile qui se déchire et révèle le monde pour ce qu'il est : rien, rien qu'un masque d'emprunt – une illusion.

J'ai été rappelée à la douce et franche réalité peu après par une invitation explicite à une partie de jambe en l'air. Amusée par la saynète qui se jouait, j'ai ri et ai laissé dire. Alors un de ces deux proverbes s'est-il trouvé confirmé : « Femme qui rit à moitié dans son lit » ou « qui ne dit mot consent » ? Je vous laisse deviner. Le tango, un moment de partage... Ha ! laissez moi donc rire tout mon soûl : c'est une ivresse qui ramène à la vie et reste sans conséquences... à moins de mourir de rire, mais là il me faudra plus que du tango....

Commenter cet article

SuperNem 09/12/2015 16:02

Il ne devait vraiment y avoir personne. Etre soumis au pain sec, le pauvre

gribouille 09/12/2015 17:35

...

Claudine 09/12/2015 11:38

Je ne vois pas d'autre moment de partage, hormis celui où je lis ton article qui décrit si bien cet état où l'on est comme spectateur de la "comédie humaine". Te connaissant, je doute fort que tu aies partagé la proposition qui t'était faite ; et en admettant que tu aies consommé ce "fast sex" tu ne l'aurais pas dit comme ça, ou alors je te connais mal....mais non ! C'est toi avec tes moments de spleen, et ton sens de la dérision qui ne te fait jamais défaut....Le tango réussi c'est quand même ces étincelles qui crépitent tout autour de nous et nous mettent en joie.....

gribouille 09/12/2015 17:31

ouf. Quelle déconvenue si tu avais dit que les proverbes disaient la vérité ! Reduire la femme à un plan cul... certains ne doutent de rien.