Tête de mort

Publié le par gribouille

Je te raye, rêve de pacotille. Defectuosité du matériel. Niveau 1 non atteint.

Game over.

Le tango ? parfois un piège à illusions. A cons ? Une machine qui s'emballe, dans ce petit interstice qui demeure dans l'abrazo et qui ne demande qu'à être comblé. La part d'ombre, de celle qui cache, la vacuité, ou recèle, quelque trésor. Une machine qui s'enraye tout aussi vite, défaille dans la lumière du matin, toujours plus éclairante qu'un crépuscule lunaire. Quelques fois - quand s'est révélé du rien. Ainsi.  Sur l'échiquier la reine a  avancé ses pions, ouvert une brèche. Une comédie d'un soir, dans la chaleur d'un été, quand les chemises collent, qu'on rêve de nudités rafraichissantes. Une inclination pour ? Inclinons nous. Le corps à corps toujours, dans le lit de quelque fantasme musicalisé. La reine s'est dénudée. De battre la campagne à battre en retraite : une case. Quelques pas de danse pour si peu. Autant dire nulle part.  La reine s'est rhabillée. Pour l'hiver? 

 On aura vécu, c'est déjà beaucoup. Ou vraiment pas grand chose. Selon la mire. Abandonnons la partie. Et retournons dans la danse chercher de meilleurs joueurs.

Tête de mort

Commenter cet article

C 19/09/2016 18:15

Je ne peux qu admirer cette poesie et au risque de froisser ta modestie je parlerai d'elegance de profondeur et de légèreté
Devine qui est ce ?

gribouille 19/09/2016 18:39

C...? comme Copine....
hé ! on t'a reconnue. :):)