Canicule ou canicule pas ?

Publié le par gribouille

Pour la fête de la musique je suis partie en quête de fraîcheur dans  mon voisinage, chaleur oblige ; le ministère chargé de la santé le dit en boucle à la radio : faut se rafraîchir, sinon  coup de chaud, pompier, urgences encombrées, services publics surchargés. Alors par temps caniculaire,  où aller quand les fontaines sont prises d'assaut, que les magasins climatisés sont fermés ? Le cinéma ? Pour le premier jour d'été, peu festif.

Quelques ventilos m'ont suffi dans une nouvelle milonga de mon quartier : jolie déco. J'ai pu compter le nombre d'ampoules de la guirlande de  lumière et admirer des couples de danseurs, qui s'assuraient discrètement du coin de l'œil de mon attention émerveillée. J'ai quand même un peu dansé. Une danseuse, ma voisine de table, est partie tôt, un peu mécontente : "Ils ne dansent qu' entre eux". Je comprends. Je comprends autant  cet entre soi, qui assure un niveau de danse égal entre partenaires, autant  cette danseuse qui s'est sentie un peu ostracisée non pas par volonté commune mais, selon un principe d'inertie universel qui sévit en société, par la force des choses  : les gens se connaissant, les couples étant formés... mais il est vrai que payer pour servir de spectateur aux autres, c'est bof. 

Cette danseuse partie, je me suis sentie comme une oie des neiges perdue et esseulée dans le désert que très artificiellement les ventilos maintenaient tant bien que mal en vie. Mais canicule ou pas, rien apparemment ne peut me clouer le bec. Il me restera toujours assez de plumes à tailler.

 

 

Commenter cet article

Claudine 22/06/2017 14:14

Faisait-il déjà 37°2 le matin ? Dans ce cas la chaleur n'aurait pas été forcément une cinécure !...
Il fait toujours aussi chaud, et les neurones tournent au ralenti.....