J'ai testé pour vous

Publié le par gribouille

 Simone de Beauvoir dansant dans Paris

Simone de Beauvoir dansant dans Paris

Chers visiteurs et à l'occasion lecteurs, j'ai testé pour vous hier soir la passerelle de Simone de Beauvoir, qui, sans pontifier, s'élance avec bonheur de la BNF pour rejoindre les verts paradis des chais de Bercy (Attention, l'abus d'alcool nuit à la santé). Des livres aux arbres. Du feuilletage  au feuillage. Entre les deux mon cœur balance - dans une valse qui suggère  qu'on ne naît pas tanguera, mais qu'on le devient. 

Le lieu est magique la nuit :  suspendu entre des myriades de lumières riveraines il déploie une poésie propre à Paris, de celle qui nous fait encore plus aimer la ville. La musique était particulièrement bonne. Une petite brise. 

Un lieu idéal pour le tango ? Pour qui aime le lino, un sol non plat et légèrement ondulant, pour qui aime le noir dans lequel s'entassent et se bousculent les danseurs, pour qui aime les petits espaces à danser, oui sans doute, c'est le lieu idéal. Le lieu à la mode pour lequel il est toujours  bon  de dire : j'y étais. 

Justement : j'y étais. Et le tout Paris tangotant ? Il y avait foule hier soir, debout, assis, pique-niquant, niquant ? dansant, et papotant. Ainsi font font font les tangueros, trois p'tits tours et puis s'en vont. Moi idem. Surtout moi en fait. Arrivée tard, partie tôt.

La prochaine fois, j'y vais avec ma lampe frontale, des tennis et une corde de rappel. Peut-être aussi un sac à main intelligent qui réponde à la voix de son maître quand on le siffle. A moins que je ne prenne un chien qui garderait mes affaires. Je n'ai pas encore tranché.

Le plus simple peut-être est que je n'y retourne pas. Pas pour danser en tout cas.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article