Paire et impairs

Publié le par gribouille

Hier au soir, ce fut l'avant première du tango roots festival. Entrée gratuite. Il y avait du monde. Et  du beau, aussi. Il fallait dans ce nouveau temple dédié pour une soirée au tango se tenir à carreau, même pour ces dames de cœur et leur valet. 

Pour ma toute première danse, comme mon danseur  s'impatientait ne me voyant pas faire  mon demi tour (nous étions tous les deux immobilisés, en suspension dans la musique, chacun attendant de l'autre un signe) , il me  précisa notant mon air perplexe  que je n'avais pas  à attendre qu'il m'indique quoi que ce soit, que  ça relevait de l'implicite. Ah tiens donc ? Je n'avais pas dansé depuis 15 jours et le monde du tango avait changé ses règles : l'homme ne donnait plus d'indication du buste mais envoyait ses messages par télépathie. La gourde que j'étais ! je n'avais pas su lire dans ses pensées, ou plutôt j'avais cru y  déceler une propension à la fainéantise : vas-y lave la vaisselle, repasse ma chemise, et préviens mes désirs, - et sans barguigner encore. 

Soirée de l'implicite ? Un autre comparse avec lequel les choses avaient pu être dans un passé proche très explicites, parce qu'il était en chasse et avait ferré un poisson tout frétillant, m'a très implicitement fait comprendre que j'étais devenue invisible. waouh. Invisible ! Je m'admire parfois tant mes pouvoirs sont phénoménaux. ça compense mes lacunes en télépathie. Dans la vie, et ce fut la leçon de hier soir,  l'équilibre se fait entre  ce que l'on réussit et ce que l'on rate.

La soirée fut quand même réussie : le  lieu, l'organisation, l'orchestre, de jolies rencontres etc, rien à redire,  et aussi, plus surprenantes dans une telle soirée, mais combien appréciables, des tables de ping pong où j'ai pu tester la résistance de mes nouvelles belles chaussures. Et là pas de confusion entre  l'implicite, ce qui est tu mais doit être compris, et l'explicite, ce qui est clairement énoncé et qui n'est toutefois pas toujours bien compris : au ping pong tu comptes les points et basta. J'ai perdu. 

Pour ceux qui ne connaitraient toujours pas mes nouvelles belles chaussures, les voici, explicitement pétillantes et  un peu canailles. J'en suis fière. 

 

Paire et impairs

Commenter cet article